Octobre 2020

Lycées et éducation prioritaire : clause de sauvegarde.

 

Suite à la « refondation de l’éducation prioritaire » qui a présidé à la création des REP et des REP+, les lycées généraux, technologiques et professionnels ont été exclus de l’éducation prioritaire à compter de la rentrée scolaire 2015.

Pour les lycées précédemment classés ZEP ou ECLAIR et ceux où était attribuée la NBI (nouvelle bonification indiciaire) pendant l'année scolaire 2014-2015 une clause de sauvegarde transitoire a été instaurée afin de permettre aux personnels affectés dans ces établissements de continuer de percevoir l’intégralité de l’indemnité (ZEP ou ECLAIR) ou de la NBI en attendant que la révision de la carte de l’éducation prioritaire se poursuive pour les lycées.

Initialement prévue pour deux ans, la clause de sauvegarde transitoire a été reconduite durant cinq années pendant lesquelles le ministère n’a jamais traité le dossier de la révision de la carte de l’éducation prioritaire.

La clause transitoire a pris fin le 31 août 2020 et n’a pas été prolongée. Les personnels exerçant dans ces établissements ne perçoivent donc plus l’indemnité. Ils n’ont pas à faire les frais de l’incurie des ministres successifs alors que leurs conditions de travail continuent de se dégrader.

Le SIES demande la prolongation de la clause de sauvegarde, la réintégration dans le périmètre de l’éducation prioritaire de tous les lycées et les lycées professionnels ex-ZEP et ex-ECLAIR et l’élargissement la carte de l’éducation prioritaire aux autres lycées qui en relèvent.

 

Lire également :

- Revalorisation de l'indemnité REP+

- Rapport « Mission Territoires et Réussite » : En marche vers la territorialisation de l’éducation nationale et de l’éducation prioritaire.

- Education prioritaire : Etat des différentes indemnités versées.

 

 

Pour adhérer au syndicat indépendant, cliquez ICI

 

Retour page d'accueil